Localisation : Buckingham
Thème : L’industrie des pâtes et papiers
Année : 1906
Capsule(s) reliée(s) :

1867-1960 - L’industrie des pâtes et papiers
Capsule
C21
L’industrie des pâtes et papiers de la Lièvre 

L’usine de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906. En arrière-plan, la silhouette de Neralcam Hall, la résidence d’Alexander MacLaren. Le nom « Neralcam » n’est que « MacLaren » épelé en envers
L’usine de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906. En arrière-plan, la silhouette de Neralcam Hall, la résidence d’Alexander MacLaren. Le nom « Neralcam » n’est que « MacLaren » épelé en envers
Entrée de la pulperie de la rive droite. Les billots y sont tronçonnés en « pitounes » de quatre pieds ou moins avant d’être réduits en pâte mécanique.
Entrée de la pulperie de la rive droite. Les billots y sont tronçonnés en « pitounes » de quatre pieds ou moins avant d’être réduits en pâte mécanique.
Les installations de la Electric Reduction Company, sur la rive droite de la Lièvre, à Buckingham, en 1956
Les installations de la Electric Reduction Company, sur la rive droite de la Lièvre, à Buckingham, en 1956
Cette photographie retouchée au fusain représente l’industriel et banquier James MacLaren, vers 1880.
Cette photographie retouchée au fusain représente l’industriel et banquier James MacLaren, vers 1880.
Frank Ross (1837-1915), de la Ville de Québec, vers 1899
Frank Ross (1837-1915), de la Ville de Québec, vers 1899
Les cinq fils de James MacLaren, David, John, Alexander, James Barnet et Albert, vers 1895, à l’occasion de l’incorporation de la compagnie James MacLaren.
Les cinq fils de James MacLaren, David, John, Alexander, James Barnet et Albert, vers 1895, à l’occasion de l’incorporation de la compagnie James MacLaren.
La pulperie de la compagnie James MacLaren sur la rive droite de la rivière du Lièvre, à Buckingham, vers 1955. Vue en aval des chutes Dufferin.
La pulperie de la compagnie James MacLaren sur la rive droite de la rivière du Lièvre, à Buckingham, vers 1955. Vue en aval des chutes Dufferin.
Intérieur de la fabrique de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906
Intérieur de la fabrique de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906
Pulperie de la rive droite à Buckingham, en 1956
Pulperie de la rive droite à Buckingham, en 1956
Le barrage et la centrale hydro-électrique de High Falls, au sud de Val-des-Bois, vers 1931.
Le barrage et la centrale hydro-électrique de High Falls, au sud de Val-des-Bois, vers 1931.
Glissoire et vanne servant à acheminer les billots de Buckingham jusqu’à Masson vers 1940.
Glissoire et vanne servant à acheminer les billots de Buckingham jusqu’à Masson vers 1940.

Les débuts de l’industrie des pâtes et papiers à Buckingham et Masson ont été retardés à cause du monopole exercé dans la Basse-Lièvre par la compagnie James MacLaren (image). Si la liberté d’entreprise avait été au rendez-vous dans la Basse-Lièvre comme en Mauricie, une grande papeterie aurait vu le jour à Buckingham vers 1897, comme ce fut le cas à Grand-Mère.

À Buckingham, la première incursion dans le domaine des pâtes et papiers se fait sur la rive droite des Upper Falls, le 26 juin 1886. La Buckingham Pulp Company, dirigée par John Forman, y fait construire une fabrique de pâte mécanique. James MacLaren s’associe financièrement au projet dès 1885, cédant à la nouvelle compagnie une partie du pouvoir d’eau de la « Chute d’en Haut ». Il intervient également pour que le village accorde une exemption de taxes de vingt ans à la compagnie1. L’autre partie de la chute, située à l’est de la rivière, est cédée au village de Buckingham pour y ériger une usine de pompage. La fabrique de la Buckingham Pulp Company ferme malheureusement ses portes en 1891. La propriété change de mains à plusieurs reprises avant d’être finalement vendue à la Electric Reduction Company (ERCO)2.

John Forman a toute la confiance de James MacLaren. La preuve en est qu’en 1887, il investit 10 000 $ dans la Laurentide Pulp Company, la toute nouvelle entreprise de John Forman. Une usine sera érigée dans la paroisse de Sainte-Flore, rebaptisée « Grand-Mère » quelques années plus tard3.

Le 23 août 1897, Frank Ross offre à John Livingstone de lui vendre l’ensemble des propriétés de la compagnie Ross sur la Lièvre pour la somme de 130 000 $4.  Livingstone, qui connaît bien le secteur des pâtes et papiers, accepte l’offre qui lui est faite et met sur pied un regroupement d’hommes d’affaires de Montréal pour mener à terme le projet d’acquisition. L’objectif avoué du groupe est la construction d’une papeterie à Buckingham. Les MacLaren s’y opposent et mettent tout en œuvre pour bloquer la transaction, négociant en secret avec Frank Ross. Ce dernier, qui y voit l’occasion d’obtenir un meilleur prix pour sa compagnie, revient sur sa promesse de vente et se sert des tribunaux pour se libérer de sa promesse5. Ses machinations juridiques lui rapportent gros! Il gagne sa cause et vend la compagnie Ross à la compagnie James MacLaren pour 300 000 $, somme à laquelle s’ajoute le prix de vente des concessions forestières. Le montant versé pour ces dernières est un secret bien gardé, le dossier du ministère des Terres et Forêts s’y rapportant étant disparu6.

Le « grand plan » des dirigeants de la compagnie James MacLaren se substitue au « grand rêve » de John Livingstone pour Buckingham et la vallée de la Lièvre. Au lendemain de l’achat des installations de la compagnie Ross, en 1901, ils font construire une fabrique de pâte mécanique sur la rive ouest, sur l’emplacement de l’ancienne scierie Bowman. Des turbines y actionnent douze broyeurs qui réduisent les billots en pâte7. La capacité de cette pulperie, qui est de 60 tonnes par jour en 1902, est portée à 90 tonnes en 1912 et à 300 tonnes en 1929.  Cette dernière augmentation de capacité est étroitement liée à la décision des MacLaren d’imiter les grandes entreprises forestières qui, comme la Canadian International Paper, prennent le virage technologique des pâtes et papiers au cours des années 19208.

Les MacLaren font donc construire un barrage et une centrale hydro-électrique aux High Falls, un barrage aux rapides Rhéaume, une centrale à Masson et un grand réservoir à Rapide-des-Cèdres, près de Notre-Dame-du-Laus (image). Ces projets doivent fournir l’énergie indispensable au fonctionnement de la grande papeterie de Masson. Un pipeline de 24  pouces de diamètre est bâti entre Buckingham et Masson pour acheminer la production de pâte mécanique à la nouvelle papeterie9.  Simultanément, on fait construire une dalle humide pour flotter des billots de quatre pieds jusqu’à Masson (image). Dès leur arrivée, ces billots sont transformés en copeaux qui sont versés dans les digesteurs pour entrer dans la fabrication de la pâte chimique au bisulfite10.

Cette expansion de la compagnie James Maclaren s’effectue de 1928 à 1933, donnant du travail à des centaines de travailleurs pendant la construction des installations. L’électricité produite par ces centrales hydro-électriques alimente, de nos jours encore, la grande papeterie dévoreuse d’énergie de Masson qui, depuis 1930, est le gagne-pain de nombreuses générations de travailleurs.

Allez plus loin sur le web!
Pour en connaître plus sur le monopole de la compagnie MacLaren, lisez le document de Pierre Louis Lapointe intitulé  Autopsie d’un monopole dans l’industrie forestière au Québec :
Site Web

Apprenez en plus sur James MacLaren en partcourant sa biographie dans le Dictionnaire biographique du Canada en ligne à
Site Web

Apprenez en plus sur Frank Ross en partcourant sa biographie dans le Dictionnaire biographique du Canada en ligne à :
Site Web

Références et définitions

1 Archives de la Ville de Gatineau, série ville de Buckingham, procès-verbaux du village de Buckingham, 2 février et 2 mars 1885.

2 Pierre Louis Lapointe, La vallée assiégée. Buckingham et la Basse-Lièvre sous les MacLaren, 1895-1945, Gatineau, Éditions Vents d’Ouest, 2006, p. 40-43.

3 Ce même John Forman est l’âme dirigeante de la Canada Pulp Company qu’il met sur pied à Sainte-Flore (Grand-Mère) en 1882. Cette firme ne vit qu’une année. En 1883, Forman rachète les actifs de la Canada Pulp, mis aux enchères, tout en attendant son heure. L’occasion se présente en 1887 avec la création de la Laurentide Pulp Company à laquelle se joignent Albrecht Pagenstecher et Warren Curtis, de l’État de New York, et James MacLaren de la Buckingham Pulp Company. Le patriarche de Buckingham y investit 10 000 $, un dixième du capital de départ.  Voir : Archives de la Ville de Gatineau, série ville de Buckingham, procès-verbaux du 2 février et du 2 mars 1885. Aussi : Auguste Désilets, « La Grand’Mère », dans Pages trifluviennes, série A, no 10, Trois-Rivières, Les Éditions du Bien Public, 1933, p. 35-42.

4 BAnQ-CAQ, T10-01, Cour du banc de la Reine, cause no 69 de 1899, « Respondent’s Factum », p. II et III.

5 Pour un récit détaillé des difficultés rencontrées par John Livingstone et ses associés dans la réalisation de ce magnifique projet de papeterie, voir : Pierre Louis Lapointe, La vallée assiégée. Buckingham et la Basse-Lièvre sous les MacLaren, 1895-1945, Gatineau, Éditions Vents d’Ouest, 2006, p. 65-90.

6 Pierre Louis Lapointe, op. cit., p. 91.

7 BAnQ‑CAQ, Archives de la compagnie James MacLaren, Letter Book M-81, p. 178 et 389. Les plans et devis sont dressés par l’ingénieur civil C.H. Vogel et les travaux sont réalisés par la Waterous Engine Works Company, tandis que William Kennedy fils, ingénieur civil de Montréal, voit à l’installation des turbines.

8 Pierre Louis Lapointe, op. cit., p. 40-43.

9 David Lee, Forest Products Industries in the Ottawa Valley, 1850-1925, Ottawa, Historic Sites and Monuments Board of Canada, 1985, p. 126. Également : 75th Anniversary Souvenir Program, Town of Buckingham, P.Q., Buckingham, Le Bulletin de Buckingham Inc., 1965, p. 33 et Buckingham Post, 25 juin 1965, p. 20.

10 Pierre Louis Lapointe, op. cit., p. 40-43.

Sources et légendes des médias secondaires

PHOTO No 1
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de l’Outaouais, P117. Photographe : F.W.W.
Légende : L’usine de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906. En arrière-plan, la silhouette de Neralcam Hall, la résidence d’Alexander MacLaren. Le nom « Neralcam » n’est que « MacLaren » épelé en envers

PHOTO No 2
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de l’Outaouais, P117.  Photographe : Rodolphe Léger.
Légende : Entrée de la pulperie de la rive droite. Les billots y sont tronçonnés en « pitounes » de quatre pieds ou moins avant d’être réduits en pâte mécanique.

PHOTO No 3
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de Québec, E6, S7, P 1096-56.  Photographe : P. Carpentier.
Légende : Les installations de la Electric Reduction Company, sur la rive droite de la Lièvre, à Buckingham, en 1956

PHOTO No 4
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de l’Outaouais, P117, S1, SS1, D1, P2.  Photographe : William Notman.
Légende : Cette photographie retouchée au fusain représente l’industriel et banquier James MacLaren, vers 1880.

PHOTO No 5
Source : Collection Peter Ross. Photographe inconnu.
Légende : Frank Ross (1837-1915), de la Ville de Québec, vers 1899

PHOTO No 6
Source : Collection Pierre Louis Lapointe. Photographe inconnu.
Légende : Les cinq fils de James MacLaren, David, John, Alexander, James Barnet et Albert, vers 1895, à l’occasion de l’incorporation de la compagnie James MacLaren.

PHOTO No 7
Source : Collection Pierre Louis Lapointe. Photographe inconnu.
Légende : La pulperie de la compagnie James MacLaren sur la rive droite de la rivière du Lièvre, à Buckingham, vers 1955. Vue en aval des chutes Dufferin.

PHOTO No 8
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de l’Outaouais, P117, S1, SS1, D1, P23.  Photographe : Rodolphe Léger.
Légende : Intérieur de la fabrique de pâte mécanique de la compagnie James MacLaren à Buckingham, vers 1906

PHOTO No 9
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de Québec, E6, S7, P 1095-56.  Photographe : P. Carpentier.
Légende : Pulperie de la rive droite à Buckingham, en 1956

PHOTO No 10
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Centre d’archives de l’Outaouais, P117.  Photographe : Rodolphe Léger.
Légende : Le barrage et la centrale hydro-électrique de High Falls, au sud de Val-des-Bois, vers 1931.

PHOTO No 11
Source : Collection Pierre Louis Lapointe. Photographe inconnu.
Légende : Glissoire et vanne servant à acheminer les billots de Buckingham jusqu’à Masson vers 1940.